Bien dans mes pénates

Maison, Déco, Bricolage, Jardin

    Category Archive : Bien-être

    Culotte menstruelle : tous les avantages du slip de protection périodique

    L’incroyable culotte menstruelle dont vous ne pourrez plus vous passer

    La culotte menstruelle a fait une entrée remarquée dans le monde de l’hygiène intime féminine. En effet, cette culotte qui ressemble à première vue en tout point à une culotte classique, cache en réalité bien son jeu. Alors faut-il d’ores et déjà jeter tampons et serviettes hygiéniques ? Voici toutes nos réponses aux questions que vous posez sur cette culotte hygiénique révolutionnaire.

    La culotte menstruelle, qu’est-ce que c’est ?

    Une culotte menstruelle, ou culotte hygiénique, est une culotte réutilisable que vous portez pendant vos règles. Elle remplace vos protections hygiéniques (tampon, serviette hygiénique ou coupe menstruelle) ou se porte en complément. Il s’agit donc d’une protection périodique que vous pourrez éventuellement utiliser pour vous prémunir des petites fuites urinaires.

    Comment ça marche ?

    La culotte menstruelle, qui peut aussi bien être un boxer menstruel, un shorty ou un  tanga, est un sous-vêtement féminin. Elle a été conçue pour être portée pendant les règles afin de se substituer aux autres protections. La zone absorbante se compose de plusieurs couches de tissus qui retiennent le flux menstruel, mais aussi les odeurs. Ainsi, le fond de la culotte, là où se situe le gousset, reste imperméable aux pertes et au flux cataménial. Aucun risque de fuites. Vous n’aurez plus l’angoisse de tâcher votre beau fauteuil !

    Une finesse qui peut faire douter

    Porter des protections hygiéniques en complément semble alors inutile. Pourtant, certaines femmes continuent de les porter simultanément pour se rassurer. En effet, ces culottes présentent un fond absorbant vraiment très fin. Il mesure environ 3 millimètres d’épaisseur pour la plupart. Cette finesse peut faire douter les nouvelles utilisatrices qui imaginent ce type de culottes épaisses et inconfortables. Il n’en n’est rien. Pas de couche-culotte version adulte pour cette incroyable protection. Elle peut même être carrément sexy et coquine.

    Slip protection périodique version sous-vêtement menstruel sexy

    Mais porter ensembles, culotte et protection, peut aussi être une solution si le niveau de protection que vous avez choisi vous paraît un peu faible. Il est normal de se tromper au début, mais vous saurez vite reconnaître la protection qui vous convient.

    Quel niveau de protection choisir ?

    La question de savoir comment choisir le bon niveau de protection se pose souvent au premier achat. En effet, les marques proposent différents niveaux de protection. Ils correspondent aux différentes phases des règles (début, milieu et fin) ainsi qu’aux différents moments de la journée (jour et nuit). Ces niveaux de protections sont souvent évalués en « équivalence tampon ». Afin de ne pas prendre le risque de vous tâcher, testez votre culotte pour règles chez vous. Ainsi, vous pourrez facilement vous changer si vous avez mal à évaluer le niveau de protection ou la capacité d’absorption de votre sous-vêtement.

    Combien de temps peut-on garder une culotte menstruelle ?

    La plupart des marques de sous-vêtements menstruels (Dim, Saforelle, etc.) affirment que ces culottes peuvent se porter jusqu’à 12 heures d’affilée. Cela équivaut à une journée complète ou à la nuit. Cependant, il n’est pas très hygiénique de la garder plus longtemps.

    Ce délai peut être différent d’une femme à l’autre. Certaines se sentir sales au bout de quelques heures, bien que la zone d’absorption ne soit pas saturée. D’autres se sentiront à l’aise et bien protégée un peu plus longtemps. Ici, tout est question de ressenti.

    Si vous ne vous sentez pas parfaitement à l’aise dans votre culotte, n’hésitez pas à en changer. Et pour toujours avoir un sous-vêtement propre en réserve, achetez-en plusieurs en fonction de vos besoins.

    Porter une culotte menstruelle, c’est hygiénique ?

    Se dire que l’on va garder sur soi la même culotte toute la journée pendant ses règles peut effrayer certaines femmes. Il n’y a pourtant aucune inquiétude à avoir à ce sujet. Ces sous-vêtements pour règles utilisent des tissus anti-microbes spécifiquement conçus pour cet usage. Ils présentent une bonne aération et sèchent rapidement, ce qui évite la prolifération des bactéries et des odeurs. Un boxer menstruel ne présent donc pas plus de risque qu’une serviette hygiénique ou qu’une autre protection périodique.

    Les culottes périodiques se composent très souvent de coton bio. Contrairement aux serviettes jetables ou aux tampons, on n’y trouve donc pas de produits chimiques. Le syndrome du choc toxique est donc extrêmement limité.

    Comment entretenir les sous-vêtements menstruels ?

    Une culotte menstruelle se rince à l’eau froide après chaque utilisation. Lorsque l’eau est claire, vous pouvez la passer à la machine, si possible dans un filet spécial lingerie. Vous pouvez bien sûr la laver à la main dans une eau n’excédant pas 30 degrés.

    N’utilisez pas d’assouplissant, car il risquerait d’abîmer les fibres du tissu et la rendrait moins efficace. De la même façon, ne passez pas votre sous-vêtement au sèche-linge trop agressif pour ce type de lingerie. Le tissu imperméable demande un peu de douceur.

    En suivant ces règles d’entretien, vous pourrez facilement utiliser vos jolies culottes, boxers ou shorty menstruels entre 5 et 7 ans.

    La culotte hygiénique menstruelle en résumé

    Ces jolis slips en coton pour menstruations sont très agréables à porter. À peine plus chère qu’une culotte classique, la culotte menstruelle sera en réalité très vite amortie. En effet, le coût des protections féminines jetables représente à la longue un budget conséquent. On peut donc dire que ce type de protection réutilisable est efficace, confortable, hygiénique, esthétique, écologique et économique. Six bonnes raisons d’adopter la culotte de protection absorbante anti-fuite.

    La sélection des culottes menstruelles de Bien dans mes pénates

    Noix de cola : les bienfaits du fruit du colatier en infusion

    La noix de cola : bienfaits, atouts et utilisations

    La noix de Cola ou Kola (cola acuminata) est le fruit du Kolatier. Son nom a certainement pour vous, une consonance familière. Et c’est normal. Il s’agit en réalité du même fruit que celui utilisé dans la recette de l’ancêtre du Coca-Cola. En effet, on utilisait déjà la graine de cola au 19e siècle pour ses vertus reconstituantes et tonifiantes. Elle entrait dans la composition des colas, en d’autres termes, des boissons énergisantes gazeuses, grâce à son taux de caféine assez élevé. S’il possède des propriétés thérapeutiques reconnues, le fruit du colatier apporte également une aide appréciable dans le cadre d’un régime minceur. Zoom sur les bienfaits de la noix de cola.

    La noix de cola, mais qu’est-ce que c’est au juste ?

    La noix de cola, c’est donc la graine du Kolatier. Cet arbre à croissance lente, est originaire de l’Afrique de l’Ouest. Il peut atteindre quinze, vingt, voire vingt-cinq mètres de haut. On le reconnaît à ses magnifiques fleurs à sépales blancs rayés de pourpre.

    Une noix bien à l’abri

    Le fruit du kolatier ressemble à une sorte de cabosse. Un peu comme celle du cacao. À l’intérieur de cette enveloppe protectrice, se trouvent cinq ou six noix, ou graines. La noix de kola ressemble beaucoup à une châtaigne et pèse environ vingt grammes. Elle peut être blanche ou légèrement striée de rose.

    Une poudre aux allures de cacao

    Après récolte, la noix est extraite de sa cabosse, débarrassée de ses téguments, puis séchée. C’est là qu’elle prend sa couleur sombre, entre le brun foncé et l’acajou. Enfin, vient le moment du broyage. La poudre obtenue ressemble énormément à la poudre de cacao, veloutée et sombre.

    poudre de cola : de l'énergie pour toute la journée

    L’usage de la noix de cola en phytothérapie

    La noix de cola possède des principes actifs très performants. Ces derniers lui permettent de vous faire bénéficier de propriétés efficaces et reconnues pour votre santé physique et votre bien-être psychique.

    Des principes actifs pour stimuler le métabolisme

    Le cola contient de 1,5 à 5 % de caféine stimulante et également de la théobromine. Ces deux principes actifs sont de véritables boosters du système nerveux et du système musculaire.

    Les tanins très présents eux aussi, permettent de renforcer graduellement et de maintenir dans le temps le bénéfice des propriétés dynamisantes apportées par la caféine et la théobromine.

    Sa forte concentration en kolatine en fait un excellent tonique utile dans la lutte contre la fatigue physique.

    Des effets constatés sur le dynamisme

    Le Kola est donc largement utilisé en phytothérapie pour ses propriétés revigorantes, antidépressive et anti-fatigue.

    • Le fruit du kolatier tonifie l’organisme, aide à combattre la fatigue physique et intellectuelle. Un vrai coup de fouet !
    • Il apporte du soulagement aux migraineux en favorisant la circulation sanguine.
    • La noix de kola améliore la vigilance et l’attention, boostant ainsi nos performances cognitives.
    • Elle permet de lutter contre le sommeil en période d’examen pour les étudiants par exemple

    Les vertus aphrodisiaques du cola

    On prête également à la noix de cola, le pouvoir d’être aphrodisiaque. Le kola serait, en effet, particulièrement efficace pour redonner un peu de tonus et de vigueur sexuelle à ceux à qui elle fait défaut. La richesse de sa composition en alcaloïdes (caféine, Kolatine et théobromine) lui permet d’améliorer le fonctionnement sexuel en augmentant l’afflux de sang dans la verge.

    La noix de Cola, coupe-faim et brûle-graisse naturel

    Au-delà de ses propriétés bénéfiques sur la santé, la graine de Kola se révèle être un complément alimentaire plus que bénéfique à la perte de poids. Les actifs stimulants qui la composent (caféine, théobromine et tanins) font d’elle un activateur de minceur très performant.

    • Elle agit comme coupe-faim et réduit ainsi la quantité et la fréquence de la prise alimentaire.
    • Elle est diurétique et lutte avec efficacité contre la rétention d’eau.
    • La graine de cola permet aussi de dégrader puis d’éliminer les nutriments non-essentiels accumulés dans notre organisme. Elle vide littéralement les cellules adipeuses.

    Sa consommation fait de cette plante méconnue, un formidable aide minceur naturelle. Elle permet de reprendre facilement le contrôle de son poids et cela, sans fatigue grâce à ses actifs toniques.

    Comment utiliser la noix de cola ?

    Cette graine est réellement très amère et il n’est pas recommandé de la mastiquer à la manière des Africains de l’Ouest. Il sera donc préférable de la consommer sous forme d’infusion ou en gélules.

    En infusion

    • Versez de l’eau bouillante dans une jolie tasse.
    • Ajoutez 2 grammes de poudre de cola.
    • Laissez infuser dix bonnes minutes.

    En gélule

    Gélules de kolatier pour booster corps et esprit

    À prendre avec un verre d’eau, un jus de fruit ou une autre boisson de votre choix. Un maximum de deux gélules par jour est recommandée selon le dosage.

    Plus étonnant, sous forme de chocolat

    Le chocolat énergisant existe depuis 1935. Il s’agit en fait, d’un mélange de chocolat, de café et de noix de cola. Cette recette unique fut mise au point lors de la Seconde Guerre mondiale. Elle était distribuée aux soldats dans de petites boites rondes, faciles à glisser dans la poche. Ce chocolat stimulant, grâce à la forte teneur en caféine naturelle qu’il contenait, leur fournissait une énergie progressive et durable. Il boostait leur force physique et leur permettait également de lutter contre la fatigue.

    En effet, six morceaux de chocolat équivalent au taux de caféine contenu dans une tasse d’expresso fort.

    Les petites boîtes rondes caractéristiques de la marque sont d’ailleurs toujours en vente sous le nom de SCHO-KA-Kola.

    Les contre-indications liées à la consommation de la noix de cola

    Comme pour le café vert ou le guarana, les effets indésirables liés à la consommation de cola, trouvent leurs origines dans le non-respect des doses recommandées. Son absorption sous forme d’infusion par exemple, ne doit pas dépasser trois tasses par jour.

    En cas de surdosage, vous risquez de souffrir de :

    • Palpitations cardiaques et de nervosité
    • Nausées
    • Céphalées (maux de tête)
    • Problèmes d’hypertension

    La graine de cola n’est pas recommandée ni aux femmes enceintes, ni aux personnes souffrant de problèmes cardiaques. D’autre part, il est à noter qu’une consommation prolongée de noix de Cola peut entraîner accoutumance et dépendance. Elle est donc à éviter.

    Info bonus : une graine qui fait grandir l’amitié

    Originaire de l’Afrique de l’Ouest, la noix de Cola fait partie intégrante des cultures et usages traditionnels de ces pays. Car le Kola a également une portée symbolique. C’est la raison pour laquelle il est fréquemment consommé pour souhaiter la bienvenue, en signe d’amitié ou de réconciliation.

    La sélection de produits à base de noix de cola de Bien dans mes pénates

    Les probiotiques : des bactéries indispensables à notre bonne santé

    Les probiotiques, ces petites bactéries qui protègent notre santé

    Si certaines bactéries sont nuisibles pour notre santé, d’autres nous apportent des bénéfices non-négligeables. Les probiotiques en font partie. Ces micro-organismes présents dans notre microbiote, ont un rôle de régulation, d’amélioration et de stimulation pour la bonne santé de notre organisme. Mais afin d’obtenir des effets durables, il est conseillé de les consommer quotidiennement. Zoom sur ces minuscules organismes qui travaillent dans l’ombre pour notre bien-être.

    Les probiotiques, qu’est-ce que c’est ?

    Les probiotiques sont des micro-organismes vivants. Leur nom vient des mots grecs « pro » (en faveur) et « biotikos » (la vie).

    Les probiotiques, les bonnes bactéries de notre microbiote

    Les probiotiques sont de bonnes bactéries présentes naturellement dans notre microbiote. Elles sont d’ailleurs essentielles pour maintenir cet équilibre intestinal si important, mais fragile. En effet, un déséquilibre de la flore intestinale peut provoquer de nombreux désagréments et troubles au quotidien. Ceux-ci peuvent même devenir chroniques. C’est pour cela que l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) préconise d’en consommer régulièrement. Ingérés journalièrement en quantité suffisante, ces micro-organismes ont, en effet, des propriétés bénéfiques reconnues sur notre santé.

    Des bactéries dans nos aliments

    Mais il arrive que notre microbiote intestinal soit en manque de ces bonnes bactéries. Heureusement, on peut aussi trouver facilement des probiotiques naturels dans notre alimentation. Il existe en effet, des aliments riches en probiotiques qui peuvent nous aider à garder une flore intestinale au top ! La plupart d’entre eux sont en fait des bactéries que l’on trouve dans les produits laitiers. Il s’agit d’une part, de bactéries développées au moment de la fermentation, d’autre part, de bactéries ajoutées pour leurs vertus. Ce sont elles qui apportent de l’acidité aux aliments.

    En supplément sous forme de gélules

    Dans le cas d’une trop faible quantité de probiotiques, une consommation supplémentaire par voie orale (gélule) peut pallier ce manque. La prise de quelques gélules de probiotiques permet alors de passer ce cap.

    Où trouve-t-on des probiotiques ?

    Les probiotiques sont donc principalement présents dans les produits laitiers fermentés, notamment les yaourts et le lait fermenté. Mais pas uniquement. Ces bactéries se plaisent dans de nombreux milieux fermentés, parfois surprenants.

    Dans les yaourts

    Le yaourt, une source de micro-organismes bons pour notre microbiote

    Les probiotiques se trouvent donc dans les yaourts. En réalité, le yaourt est un aliment fabriqué à partir d’un lait qui a été déjà été fermenté par deux bonnes bactéries. La première est le Lactobacillius bulgaricus, la seconde, est le Streptococcus thermophilus. Ces deux bactéries participent à la fermentation lactique, c’est-à-dire la transformation du lactose en acide lactique. C’est ce qui donne au yaourt ce petit goût aigre caractéristique. Dans un seul yaourt, il y a plus de cent millions de bactéries vivantes. Un yaourt chaque matin dans une jolie coupelle agrémenté de quelques fruits boostera votre consommation journalière.

    Dans le lait fermenté

    Bouteille de kéfir, lait fermenté aux bonnes bactéries

    Les bactéries bénéfiques présentes dans le lait fermenté, sont les mêmes que celles contenues dans le yaourt. On les retrouve dans certaines boissons traditionnelles comme le koumis (lait de chamelle ou de jument) ou le kéfir (graines de kéfir fermenté dans du lait). Plus près de nous, ces deux bactéries s’affichent sur les bouteilles de yaourts liquides à boire de type Actimel. Le lait fermenté sert également à l’élaboration d’un célèbre yaourt au bifidus actif.

    Les autres aliments riches en probiotiques

    Les cornichons fermentés, une bonne source de probiotiques

    En réalité, en dehors des produits laitiers fermentés, on retrouve ces micros-organismes dans bien d’autres aliments fermentés (choucroute, olives, etc.). Mais ce n’est pas tout. Ils entrent dans la composition du vinaigre de cidre, de la levure de bière ou de certains dérivés du soja. Vous en trouverez également dans les cornichons qui accompagnent la charcuterie de votre raclette du samedi soir. Étonnant.

    Les bienfaits des probiotiques sur la santé

    Les effets des probiotiques sont variables. Ces bactéries pathogènes travaillent en effet sur plusieurs fronts.

    Les micro-organismes régulent le transit intestinal

    Ces micro-organismes sont utiles au bon équilibre de la flore intestinale. Cette flore est extrêmement fragile et peut facilement être perturbée. Son bon fonctionnement assure la santé de notre organisme, et principalement celle du tube digestif. Il est donc nécessaire de la protéger et de la renforcer. Les probiotiques préviennent et traitent les problèmes de diarrhées et de constipation, véritables fléaux de sa bonne marche.

    Les probiotiques améliorent la digestion

    Une partie du lactose contenu dans les yaourts et le lait fermenté se transforme en acide lactique. De fait, le lactose restant devient plus facile à digérer. Ceci grâce à la présente de lactase, un enzyme amené par les probiotiques. Il est donc conseillé aux personnes qui digèrent mal le lactose, de consommer des yaourts ou du lait fermenté.

    Ils boostent le système immunitaire

    Les probiotiques sont intéressants dans le renforcement des défenses naturelles du système immunitaire. Cela est important chez les enfants où il est en développement, ainsi que chez les personnes âgées où l’immunité s’affaiblit. Ils luttent également efficacement contre les affections des voies respiratoires. C’est pourquoi leur ingestion apportent un bénéfice évident lorsque l’on souffre de rhume, de grippe ou de bronchite, par exemple. C’est la raison pour laquelle ils sont plus efficients en début de saison hivernale.

    Un effet limité dans le temps

    Les bienfaits des probiotiques ont cependant un effet limité dans le temps. Il faut donc les consommer quotidiennement, car leurs bienfaits prennent fin dès l’arrêt de leur consommation ou de leur prise.

    Quand faut-il prendre des probiotiques ?

    Les bonnes bactéries en gélule : des micro-organismes à notre secours

    Consommer des probiotiques est plus particulièrement conseillé dans les cas suivants :

    • Vous supportez mal le lactose.
    • En cas d’intestin fragile ou de syndrome du côlon irritable
    • Lorsque des traitements médicaux fragilisent les intestins
    • Pour préparer votre organisme avant l’hiver afin de stimuler vos défenses immunitaires
    • Si vous avez prévu un voyage vers un pays tropical

    La sélection de probiotiques en gélules de Bien dans mes pénates

    lampe de luminothérapie : le simulateur de lumière naturelle qui guérit la déprime

    Comment bien choisir sa lampe de luminothérapie pour chasser la déprime saisonnière en douceur ?

    C’est bien connu. Chaque année, le passage des beaux jours ensoleillés aux journées maussades et à la grisaille, influe sur le moral. En effet, la baisse de luminosité et le manque de soleil affectent notre humeur. Fatigue, insomnie et déprime sont alors au rendez-vous. Une lampe de luminothérapie peut peut-être vous aider à passer ce cap difficile. Cet éclairage artificiel simule la lumière naturelle et vous redonne de l’énergie.

    Une lampe de luminothérapie : qu’est-ce que c’est au juste ?

    Une lampe de luminothérapie est un équipement lumineux qui imite la lumière du jour. Cet éclairage artificiel à LED, est en réalité, un dispositif médical utilisé en médecine douce pour soigner ce qu’on appelle la dépression saisonnière. Elle stimule la rétine, qui est la porte d’entrée de la lumière vers notre cerveau. Celui-ci la dirige vers la glande pinéale qui sécrète notamment la mélatonine. Elle participe également à l’activation de neurotransmetteurs comme la sérotonine.

    La lumière du jour essentielle à votre bien-être

    La lumière naturelle, ou lumière solaire, est donc essentielle pour notre horloge interne. C’est elle qui influence le rythme biologique qui régit notre sommeil et notre alimentation tout au long des 24 heures de la journée. C’est ce qu’on appelle le rythme circadien.

    Utilisation de la lampe de luminothérapie en période estivale

    En effet, la lumière du jour joue un rôle de contrôleur sur la production de mélatonine dite hormone du sommeil. C’est cette hormone qui se charge d’indiquer au corps qu’il est l’heure d’aller dormir. Or, la mélatonine ne se libère dans le sang que lorsqu’il fait noir. De fait, en été, lorsque la lumière est importante et que le soleil se couche tard, l’endormissement est perturbé. Mécaniquement, le lever devient alors plus difficile. En utilisant, la lampe dès le réveil, la production de mélatonine peut être arrêtée. Votre humeur s’améliore, vous gagnez en énergie et la fatigue s’estompe.

    Une lampe de luminothérapie pour les matins d’hiver

    Le manque ou l’absence de luminosité naturelle fait, lui, baisser la production d’une autre hormone : la sérotonine. Vous la connaissez sans doute déjà sous le nom d’hormone du bonheur. Notre humeur peut alors en être affectée, ce qui peut entraîner une déprime hivernale. L’utilisation d’un simulateur de lumière solaire compense ce manque de lumière naturelle et joue de façon positive sur votre humeur. En vous réveillant avec un simulateur d’aube, votre réveil se fait plus en douceur. Il est plus facile. Bien réveillé, vous gagnez en dynamisme.

    La lumière joue donc un rôle déterminant tant sur le plan psychologique, que sur notre horloge biologique interne.

    Lampe de luminothérapie : comment ça marche ?

    Une lampe de luminothérapie émet une lumière dont l’intensité et de le spectre lumineux spécifique est pratiquement identique à celui de la lumière solaire. L’intensité lumineuse se mesure en lux.

    La puissance de la lumière blanche

    Plus le nombre de lux fourni par l’appareil est important, plus l’appareil est puissant. Une bonne lampe de luminothérapie doit vous fournir environ 10 000 lux (lumière blanche). C’est l’idéal pour obtenir de bons résultats en trente minutes environ.

    La lumière bleue

    Il existe également des lampes de luminothérapie à lumière bleue, mais elles sont tout de même moins répandues. En effet, si la lumière bleue est bien perçue par la rétine, elle est un peu moins efficace. Elle peut aussi être cause de gêne pour l’utilisateur. Néanmoins, elle reste intéressante, notamment pour les lampes de luminothérapie de voyage. Ces dernières vous feront profiter des bienfaits de la lumière si vous souffrez du décalage horaire.

    La distance

    La distance reste également un point très important pour une efficacité optimale. Plus on s’approche de la lampe, plus les bénéfices sont importants. Respectez bien les consignes du fabricant pour un résultat optimal.

    L’intensité de la lampe de luminothérapie

    Optez de préférence pour une lampe proposant une intensité lumineuse variable. Il vous sera alors plus facile de régler le degré d’intensité en fonction de vos besoins. 

    Comment bien utiliser une lampe de luminothérapie ?

    Une exposition quotidienne est idéale pour un résultat optimal. La durée de cette exposition sera variable selon la puissance de votre appareil de luminothérapie. Elle pourra aller d’une trentaine de minutes pour une lampe de 10 000 lux, à deux heures pour un appareil de faible intensité. La distance est également variable d’une lampe à lumière à une autre. Suivez toujours les consignes du fabricant lorsque vous utilisez ce type de dispositif lumineux.

    Simulateur d'aube : les bienfaits de la lumière du soleil artificielle sur la déprime saisonnière

    Simulateur de lumière du soleil, mode d’emploi

    Tout d’abord, éclairez la lampe. Ensuite, placez-vous face au dispositif lumineux en gardant les yeux ouverts. Il n’est pas obligatoire de fixer directement la lumière. Elle doit simplement rester dans votre champ de vision. Ainsi, vous pouvez lire, tricoter, cuisiner, regarder la télévision ou boire tranquillement votre café.

    Quand utiliser la lampe de luminothérapie ?

    Il peut arriver que chez certaines personnes, une séance de luminothérapie pratiquée le soir perturbe l’endormissement. Si tel est le cas, une séance matinale au réveil sera plus appropriée.

    Les bienfaits de la luminothérapie

    La luminothérapie consiste donc à exposer ses yeux, et plus particulièrement, la rétine, devant une source de lumière artificielle reproduisant la lumière naturelle. Ce traitement par la lumière, permet de compenser le manque de luminosité. En effet, nous avons vu que ce manque perturbe nos hormones. Il joue sur notre moral, et par conséquent, sur notre santé physique.

    Voici quelques-uns des actions positives de la lumière artificielle que produit une lampe de luminothérapie.

    • Amélioration du sommeil (endormissement, manque de sommeil, réveils nocturnes, etc.)
    • Régulation des hormones (mélatonine, sérotonine)
    • Augmentation de la bonne humeur
    • Dynamisme accru
    • Réduction de la fatigue
    • Prévention de la dépression saisonnière
    • Traitement de l’état dépressif et du blues hivernal
    • Restauration du rythme biologique.

    Réveil simulateur d’aube : les effets secondaires

    Une lampe de luminothérapie diffuse une lumière blanche sans émission de rayon ultraviolet ou de rayon infrarouge. C’est la raison pour laquelle elle ne présente pratiquement pas d’effets secondaires. Cependant, certains troubles ne sont pas à exclure suite aux premières séances. Elles s’estompent puis disparaissent après quelques jours.

    Peu fréquents et limités dans le temps

    Afin d’éviter ces désagréments, limitez le temps d’exposition des premières séances à une dizaine de minutes par jour. Pensez à régler l’intensité de la lumière grâce au variateur d’intensité. Si votre appareil n’en possède pas, éloignez la lampe.

    • Apparition de maux de tête ou de céphalée légère
    • Irritation ou sécheresse oculaire
    • Irritabilité
    • Anxiété
    • Nausées

    Ces effets négatifs peuvent aussi être consécutifs à une mauvaise utilisation du dispositif. C’est pourquoi le respect des indications données par le fabricant est important. Par contre, si l’un des troubles ci-dessus apparaît alors que vous avez scrupuleusement suivi les consignes, consultez votre médecin.

    L’importance d’un avis médical

    Bien que facilement accessible, la luminothérapie reste un traitement d’ordre médical. C’est la raison pour laquelle un avis médical est recommandé. En effet, certains médicaments peuvent être la cause des effets secondaires que nous venons de décrire. C’est le cas des traitements médicamenteux contenant du lithium, de la tétracycline ou de l’acide rétinoïque. Certains médicaments utilisés en chimiothérapie également.

    Lampe de luminothérapie : les contre-indications

    Il y a peu de véritables contre-indications à l’utilisation d’une lampe lumière du jour, mais elles existent. Là encore, l’importance d’un avis médical prend toute son importance.

    La prise de traitements

    Certains médicaments peuvent être un frein à l’utilisation de ce dispositif lumineux. Parmi eux, les antidépresseurs, les antihypertenseurs et les sédatifs.

    Les personnes souffrant de diabète

    Les personnes atteintes de diabète développent souvent des problèmes au niveau de la rétine. Une consultation chez un ophtalmologue est donc obligatoire avant toute utilisation d’une lampe de luminothérapie. Il vérifiera aussi que vous ne souffrez ni de maculopathie, ni de rétinopathie.

    Des problèmes de santé aux yeux

    Des lésions de la rétine ou une affection du nerf optique sont autant de contre-indications à l’usage d’un simulateur de lumière solaire. Il en est de même pour la cataracte, le glaucome ou une inflammation du corps vitré

    Bon à savoir

    En France, les lampes de luminothérapie sont considérées comme des dispositifs médicaux. Ce dispositif qui sert à compenser le manque de lumière doit donc faire l’objet d’une déclaration à l’ANSM.  Car seule l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé peut autoriser la mise sur le marché. Vérifiez bien ce point avant d’acheter votre lampe.

    La sélection de lampes de luminothérapie de Bien dans mes pénates

    Les rayons du soleil vous manquent ? Comparez les différents appareils de luminothérapie avant d’acheter le vôtre. Il vous aidera à lutter contre la déprime pendant les mois d’hiver. Ces longs mois où le soleil se cache et vous prive de votre dose de vitamine D.